Questions fréquentes sur la contraception

 
  • Puis-je quand même tomber enceinte si j'allaite ?

    Lorsque vous allaitez, une hormone appelée « prolactine » est produite par votre corps ; elle stimule la production de lait. La prolactine bloque par ailleurs la libération des hormones qui provoquent l'ovulation, ce qui signifie que vous êtes moins susceptible d'être à nouveau enceinte pendant que vous allaitez.

    Vous pouvez utiliser l'allaitement (la méthode de l'allaitement maternel et de l'aménorrhée) en tant que moyen de contraception si :

    • Vous allaitez intégralement (votre bébé ne reçoit pas de nourriture solide ni d'autres liquides) ou si vous allaitez presque intégralement (vous allaitez principalement et ne donnez à votre bébé que très peu souvent d'autres liquides), ET
    • Vous n'avez pas vos règles, ET
    • Cela fait 6 mois ou moins que votre bébé est né.

    Sur 100 femmes utilisant cette méthode, deux seront à nouveau enceintes au cours des six mois suivants ; dès que vous arrêtez complètement (ou quasiment complètement) d'allaiter, vous pouvez à nouveau être enceinte. Vous pouvez réfléchir à l'utilisation d'une méthode de contraception en supplément de l'allaitement afin de diminuer votre risque de grossesse non désirée ; il existe des méthodes qui n'auront pas d'impact sur votre capacité à produire du lait.

  • Quand dois-je changer de méthode de contraception ?

    Au cours de votre vie fertile, ce que vous attendez d’une méthode de contraception va évoluer, tout comme votre corps, votre style de vie et les aspects de cette dernière. Si vous trouvez que votre méthode actuelle ne vous convient plus, par exemple, vous souffrez de symptômes indésirables en lien avec votre contraception, elle est difficile ou peu pratique à utiliser, elle n'est plus assez fiable, elle ne vous protège pas des maladies sexuellement transmissibles, elle ne convient pas à votre partenaire, etc... il peut être temps d’envisager d’en changer. Aucune méthode n'est parfaite ; après quelques recherches, vous vous rendrez peut-être compte qu'il n'y a pas de meilleure méthode pour vous en ce moment. Cependant, il existe de nombreuses méthodes différentes de contraception, et cela peut valoir le coup de jeter un œil aux choix qui vous sont proposés.

  • « Planifier une grossesse de manière naturelle », qu'est-ce que cela veut dire ?

    La « planification familiale naturelle » se définit comme une méthode visant à éviter la conception en favorisant les rapports sexuels quand l'ovulation a le moins de chances de se produire. Le Moniteur de contraception Clearblue constitue une méthode de contraception naturelle et simple d’utilisation : cliquez ici pour en apprendre davantage sur cette méthode.

    D’autres façons courantes de pratiquer la planification familiale naturelle impliquent l’association de deux (ou plus) des éléments suivants :
    a. méthode du calendrier
    b. modifications au niveau de la glaire cervicale
    c. modifications au niveau de l’utérus
    d. modifications au niveau de la température corporelle

    Veuillez vous reporter à notre section Contraception pour plus d’informations.

  • La contraception, qu'est-ce que c'est ?

    La contraception est définie comme « l'utilisation délibérée de méthodes artificielles ou d'autres techniques visant à empêcher la grossesse à la suite d'un rapport sexuel ».

    Ce mot vient de la racine « contra » = contre et d'une forme abrégée de « conception ».

  • Comment puis-je connaître la méthode de contraception la plus appropriée pour moi/nous ?

    La méthode qui vous conviendra le mieux dépend de ce qui est important à vos yeux, et également de vos antécédents médicaux et de votre état de santé. Par exemple : si vous souhaitez avoir des enfants dans le futur, votre âge, si vous avez besoin de vous protéger contre les IST, si vous souffrez de symptômes provoqués par votre méthode actuelle (par exemple SPM, saignements abondants), la fiabilité souhaitée de la méthode, si vous fumez, etc.

    Nous vous conseillons d'interroger votre gynécologue sur toutes les choses à prendre en compte et sur les méthodes qui vous conviendraient le mieux.

  • À qui dois-je demander conseil à propos de la méthode de contraception à utiliser ?

    Votre gynécologue est le mieux placé pour posséder toutes les informations nécessaires sur vos antécédents médicaux et votre état de santé ; il pourra ainsi restreindre les choix vous concernant. Si vous avez un partenaire, nous vous conseillons alors d'en parler avec lui ; en effet, il est fort probable que la meilleure méthode soit celle qui vous convienne à tous les deux.

  • Si j'envisage une grossesse dans les 6 à 12 prochains mois, quand dois-je cesser ma contraception ?

    Cela dépendra de la méthode de contraception que vous utilisez.

    Si vous utilisez une méthode naturelle, par exemple le Moniteur de contraception Clearblue ou une méthode de contraception dite « barrière » ; votre cycle menstruel naturel n'est pas affecté par ces moyens de contraception, et vous pouvez donc essayer de concevoir un bébé immédiatement après l'arrêt de la méthode employée.

    Si vous preniez une contraception hormonale, il arrive parfois que l'ovulation (la libération d'un ovule) soit retardée ou irrégulière pendant quelques mois ; il est possible qu'il vous faille un peu de temps pour retrouver votre cycle menstruel naturel normal.

    Si vous utilisez un contraceptif injectable, il peut vous falloir plus de temps pour que vos règles et votre fertilité reviennent à la normale (par rapport aux autres méthodes de contraception).

    De nombreuses femmes craignent que certains moyens de contraception - tels que la pilule, le contraceptif injectable ou le DIU - compliquent la conception d'un enfant lorsqu'elles cesseront de les prendre ; toutefois, il n'existe pas de preuve que ces méthodes entraînent une infertilité.

    Vous n'avez pas non plus à vous inquiéter si vous êtes enceinte rapidement après l'arrêt de la contraception hormonale : cela n'aura aucun impact négatif sur le bébé.

  • La contraception d'urgence, qu'est-ce que c'est ? Comment ça fonctionne ?

    La contraception d'urgence se définit comme une méthode de contraception utilisée par une femme après un rapport sexuel mais dont l'effet se produit avant le stade d'implantation (lorsque l'ovule fécondé se fixe sur le tissu utérin). Plus tôt vous utilisez ces méthodes (dans l'idéal, au cours des 24 heures suivant un rapport non protégé), plus elles sont efficaces dans la prévention d'une grossesse.

    En général, deux méthodes peuvent être utilisées : les pilules ou un dispositif intra-utérin (DIU).

    Les pilules doivent être prises au cours des 72 heures suivant le premier acte non protégé du rapport sexuel. Leur manière d'agir dépend du moment du cycle au cours duquel elles sont prises. Elles peuvent prévenir ou repousser l'ovulation, la muqueuse cervicale peut devenir hostile aux spermatozoïdes ou à un ovule fécondé, ou elles peuvent en empêcher l'implantation. Les pilules d'urgence (pilules du lendemain) ne sont pas destinées à être utilisées comme une méthode de contraception de routine.

    Un DIU doit être inséré 5 jours maximum après un rapport sexuel non protégé ou pas plus de 5 jours à partir de la date la plus précoce du jour de l'ovulation présumée. Ce dispositif fonctionne en bloquant l'implantation, voire même la fécondation s'il est inséré précocement au cours du cycle.

  • Les implants contraceptifs, qu'est-ce que c'est ?

    Un implant contraceptif prend la forme d'une hormone (progestogène) contenue dans un support à libération prolongée (une sorte de petit bâtonnet en plastique). Le(s) bâtonnet(s) est(sont) inséré(s) sous la peau de votre bras et reste(nt) en place pendant un certain nombre d'années, libérant progressivement une dose constante d'hormone. Veuillez vous reporter à notre tableau de comparaison pour connaître les avantages et les inconvénients de cette méthode.

  • Ce système semble très compliqué, ai-je vraiment besoin d'une contraception ?

    Si vous voulez éviter d'être enceinte, vous DEVEZ alors utiliser une méthode de contraception ; toutefois, cela ne doit pas constituer une gêne.

    Il existe de nombreuses méthodes différentes parmi lesquelles vous pouvez choisir. Elles présentent divers niveaux de fiabilité, de simplicité d’utilisation, de commodité, etc. Certaines de ces méthodes sont dites « à long terme », par exemple les DIU et les implants ; ils sont mis en place par un médecin, et il ne vous reste plus qu’à les oublier pendant des mois, voire des années. D’autres méthodes, telles que la planification familiale naturelle, sont sans hormone, n’ont pas d’effets secondaires et peuvent vous aider à en apprendre davantage sur votre corps et votre propre cycle menstruel.

    Il s’agit donc de trouver la méthode qui répond le mieux à vos besoins à ce moment de votre vie.

  • Quelle est la meilleure pilule contraceptive ?

    Il n'existe pas de « meilleure » pilule qui conviendrait à tout le monde. Elles diffèrent selon le type d'hormones utilisées ainsi que les doses qu'elles contiennent ; votre gynécologue sera en mesure de vous conseiller celle qui, selon lui, vous conviendra le mieux en fonction de ce qu'il sait sur votre âge et vos antécédents médicaux. Il vous faudra peut-être en essayer plusieurs avant de trouver celle qui vous convient le mieux ; ainsi, nous vous conseillons de prendre quotidiennement note de tout symptôme dont vous pouvez faire l'expérience lorsque vous commencez à prendre une nouvelle pilule, et d'en parler à votre médecin après quelques mois.

  • À quel âge puis-je cesser ma contraception sans risquer d'être enceinte ?

    Bien que la fertilité d'une femme (et donc sa capacité à être enceinte) commence à décliner dès le début de la trentaine, nous entendons souvent parler de femmes qui ont conçu un enfant à la fin de leur quarantaine, voire même au début de leur cinquantaine.

    Des grossesses tardives peuvent se produire et se produisent : il est donc important de continuer à penser à la contraception, même après la ménopause.

    Au Royaume-Uni par exemple, la principale recommandation est la suivante :

    Il est également important de continuer à se protéger des infections sexuellement transmissibles (IST) en utilisant des préservatifs avec de nouveaux partenaires sexuels.

    • les femmes devenant ménopausées à 50 ans ou plus doivent utiliser un moyen de contraception au cours des 12 mois qui suivent leurs dernières règles ;
    • les femmes de moins de 50 ans parvenant à la ménopause doivent continuer à utiliser un moyen de contraception au cours des deux années suivant leurs dernières règles ;
    • si une femme a commencé à suivre un THS (traitement hormonal de substitution) avant ses dernières règles, elle doit continuer à utiliser une contraception jusqu'à l'âge de 53 ans, et ce, par mesure de sécurité. Veuillez prendre note que le THS n'est pas un contraceptif !
  • Combien de temps après l'accouchement dois-je prendre une contraception ?

    La contraception peut ne pas être la première chose qui vous vient à l'esprit lorsque vous venez juste d'accoucher ; toutefois, si vous ne voulez pas retomber immédiatement enceinte, il est important de recourir rapidement à une contraception.

    La période nécessaire à une femme pour qu'elle soit à nouveau fertile est variable, mais vous aurez besoin d'une contraception dès 21 jours après la naissance de votre bébé ; veuillez en parler à votre médecin et décider quelle serait la meilleure méthode pour vous.

    Vos règles redémarreront probablement 4 à 10 semaines environ après la naissance de votre bébé si vous lui donnez le biberon ou si vous associez allaitement maternel et biberon. Si vous allaitez, il est possible que vos règles ne recommencent pas avant une période prolongée ; il est même possible qu'elles ne recommencent pas avant que vous ayez cessé de nourrir votre enfant au sein.